_


Mercredi 13 août 2014  

-

     Un homme de 39 ans a été condamné, ce lundi 11 août 2014, à neuf mois de prison ferme par le tribunal correctionnel d'Angers (Maine-et-Loire) pour avoir mis la main aux fesses d'une fonctionnaire de police.

     Le substitut du procureur avait requis 2 ans de prison ferme, indique Le Courrier de l'Ouest.

    Les faits datent du 11 juin : l'incident s'était déroulé dans l'enceinte d'un centre commercial de Cholet. Si la policière était habillée en civil et en pantalon et n'était pas en service, son agresseur, déjà condamné à quatre reprises pour des agressions sexuelles similaires, savait à qui il s'attaquait. 

    " Il avait eu plusieurs fois affaire avec elle et l'avait reconnue, il ne l'a pas nié ", a confirmé Céline Tavenard, l'avocate du prévenu.

    Père de famille, l'homme a vu s'ajouter à sa condamnation un suivi socio-judiciaire de cinq ans assorti d'une injonction de soins et la révocation d'un sursis de six mois auquel il avait été condamné dans une affaire similaire, selon le journal local.

                                                                  µ

         C'était en juin, il faisait chaud, ça sentait bon le sable chaud, elle avait la croupe avenante, et lui, les mains bien élevées et caressantes, qui se tendirent et s'avancèrent vers les fesses de la dame sûre de son bien mais pas prêteuse, et les fesses ne dirent pas non aux mains avantageuses qui engagèrent la conversation, mais la dame n'apprécia pas, elle dégonfla, effaça et donc minimisa sa croupe dans son pantalon, et lui penaud, rentra les mains dans les poches de son pantalon.

       Il comprit mais un peu tard, que l'on doit toujours mettre les mains dans ses poches et non les mains aux fesses, que si les nez sont faits pour porter des lunettes, les fesses ne sont pas faites pour que l'on y mît la main.

              " Monsieur le président, mon client soutient que madame faisait des ronds de jambes avec sa croupe en cul-de-poule. " défendit l'avocate. Le président du tribunal ne goûta pas l'argument.

      Neuf mois de prisons ferme.

   Messieurs ne mettez pas la main aux fesses des dames, ne pincez pas les fesses des dames, ça ne se fait pas, elles n'aiment pas et elles rapportent, Mesdames ne provoquez pas les mains câlines des hommes, ne dodelinez plus innocemment de la croupe et masquez vos fesses.

-

Août 2014 -

_